3. L’action sociale (enfance, jeunesse, personnes âgées, famille, handicapés, logement, politique d’accueil)

Aujourd’hui

Dans le domaine social, comme ailleurs, on doit constater un manque de coordination voire une mésentente entre les responsables, des choix budgétaires contestables, un manque général de dynamisme du politique et un clientélisme anti-démocratique. L’attribution des logements sociaux est la chasse gardée de certains échevins. C’est inacceptable.

La  » gestion du social  » consiste trop souvent une gestion, certes nécessaire, mais insuffisante de l’urgence. Nous souhaitons ici aussi agir dans une perspective globale en définissant des projets à long terme.

Nous proposons …

De mettre sur pied une commission sociale pluraliste chargée d’étudier les projets et les modalités de l’action sociale de la commune. Participeraient à cette commission des mandataires communaux, des conseillers de l’aide sociale, des représentants des associations de terrain et des représentants de la population. Cette commission favoriserait aussi la concertation entre la commune, le CPAS et les associations de terrain.

De développer la vie associative dans des domaines peu favorisés : ex : maisons de jeunes, activités culturelles.

De poursuivre de manière privilégiée l’aide financière et logistique apportée aux associations de terrain présentes dans le domaine social

Aujourd’hui : le CPAS.

Le bilan de la gestion du CPAS est globalement positif. Des initiatives nouvelles ont été prises (logements d’insertion, médiation de dettes, construction d’appartements pour personnes âgées).

Toutefois, certains services sont encore inexistants ou pourraient être améliorés.

Ainsi, l’offre de logements sociaux accessibles à chacun de manière égale est largement insuffisante. Les logements adaptés aux personnes âgées et aux personnes handicapées sont trop peu nombreux. L’accueil des réfugiés politiques n’a pas été organisé, que du contraire (fin 1999, sur 44 « dossiers » à charge de la commune de Herve, seuls 11 « dossiers » étaient domiciliés sur la commune, faute d’une capacité d’accueil suffisante) et cette carence a été palliée par l’initiative privée (ASBL Le Toit).

D’autre part, nous voulons éviter la formation de ghettos en favorisant la cohabitation interculturelle et intergénérationnelle.

Nous proposons de…

Développer un service d’aide au logement qui intègre la mise sur pied d’une agence immobilière sociale dont l’objectif est d’offrir des logements sociaux à loyer réduit par l’octroi de primes ou de garanties aux propriétaires.

Confier au Conseil de l’aide sociale (représentation pluraliste) l’attribution des logements sociaux sur base de critères strictement définis ainsi que la représentation de la commune dans les sociétés de logement social. Nous voulons ainsi mettre fin au risque de voir la maîtrise du logement social confisquée par certains mandataires politiques.

Favoriser le décloisonnement des infrastructures d’aides sociales en les intégrant dans leur milieu de vie. Ainsi, plutôt que d’agrandir la maison de repos, nous préférons la construction ou l’aménagement dans les villages d’habitations et appartements pour personnes âgées et pour personnes handicapées. Ainsi, nous voulons développer un service d’accueil de jour pour les personnes âgées ou fragilisées.

Mettre sur pied dans notre commune ou participer à un projet d’emploi-formation pour personnes défavorisées, notamment par une meilleure utilisation de l’article 60 (mise au travail de minimexés).

Pratiquer une vraie politique d’accueil et d’intégration des réfugiés (mise à disposition de logements et encadrement adéquat).

Prévoir un accueil et un accompagnement pour les personnes maltraitées (femmes, personnes âgées, enfants, …)

De veiller à une meilleure coordination avec l’administration, entre l’échevinat et le CPAS et entre les divers services.

Exemples :

* Des logements sociaux adaptés à la cohabitation des générations, faire co-exister les jeunes et les vieux, les familles et les personnes isolées.

* Collaborer avec d’autres organismes publics ou privés en faveur d’ initiatives facilitant le maintien à domicile des personnes à autonomie réduite : aménager des logements adaptés, intervenir pour les plus démunis, permettre des soins de santé à domicile et des systèmes dits de télé-alarme.

* Initier des projets pilotes d’insertion sociétale.. En Belgique, la formation des jeunes sportifs est déficiente. Il est difficile de concilier sport et études. La commune pourrait coordonner une formation sportive utilisant ses infrastructures sportives et les capacités de formation écoles de la commune. Nous proposons la création d’un Centre d’Étude et de Formation en Alternance, CEFA sport, à Herve.

 

Share This