5. L’aménagement du territoire et le développement durable.

Aujourd’hui

La réflexion et l’initiative en matière d’aménagement du territoire nous paraissent les points les plus faibles de la politique communale actuelle :

absence de projets concertés et approuvés par la population, pas de Commission consultative d’aménagement du territoire (CCAT)

politique d’aménagement erratique en l’absence de toute réglementation communale,

rurbanisation, constructions en ligne le long des routes qui provoquent la disparition des villages, en dépit de l’opposition affichée par le Collège car aucun plan communal n’a été réalisé depuis de nombreuses années,

aucune étude sérieuse de la mobilité et de la sécurité routière,

désertification du centre de Herve et disparition des commerces mais, par contre, ouvertures insensées de surfaces commerciales hors centre , Le commerce de centre ville n’attire plus suffisamment, il ne se suffit plus à lui-même.

politique de traitement des déchets à la traîne et peu dynamique, se contentant de s’aligner sur les normes les plus basses.

manque criant d’information sur la gestion des eaux usées

Ce que nous souhaitons…

Ecolo veut participer à la protection de notre patrimoine et inscrire Herve dans une perspective de développement durable, protéger l’héritage des générations futures.

Nous proposons

Une large réflexion sur le développement de la commune dans le cadre du développement du Pays de Herve (terroir spécifique, bocage, valorisation du patrimoine naturel et bâti, contrôle de la rurbanisation plus serré, revalorisation des centres de Herve et de Battice).

L’utilisation des outils légaux (plans communaux, schémas de développement) les mieux adaptés

Le soutien efficace à l’initiative du Parc Naturel.

La professionnalisation de la démarche : un renforcement et une professionnalisation des compétences de la commune en matière de travaux et d’urbanisme. Il faut faire appel à un architecte-urbaniste pour analyser les projets, faire une analyse critique de leur coût pour aider les échevins dans leurs décisions.

De soutenir les initiatives en vue d’une transition vers une agriculture durable : agriculture biologique, exploitation familiale de qualité et diversification des sources de revenus des agriculteurs ( tourisme rural, fermes pédagogiques…).

D’encourager l’entretien du patrimoine agricole (bâti et environnement) 

De mettre sur pied d’un service d’éco-cantonniers. Un meilleur entretien des routes et des abords, une information correcte, tant du personnel communal que des habitants, sur le fauchage tardif.

D’améliorer la propreté des accotements. Dans les zones habitées, il faut travailler en collaboration avec les habitants, les comités de quartier, les associations, les mouvements de jeunes…

Une politique plus innovante et plus dynamique en matière de traitement des déchets. La commune doit être partie prenante d’un projet de diminution réelle de la production de déchets : sensibiliser, informer le citoyen, montrer l’exemple dans les écoles et l’administration, dépasser la seule logique de diminution du coût de gestion de nos poubelles. Que deviennent les déchets que les habitants ont triés et portés au parc à conteneurs ? La commune se pose-t-elle cette question ou laisse-t-elle toute initiative à Intradel ! Pour la valorisation des déchets organiques, on pourrait aussi former des maîtres composteurs.

De promouvoir l’utilisation rationnelle de l’énergie et les énergies alternatives. Soutenir le projet de création d’éoliennes sur le Plateau de Herve. Favoriser les constructions qui utilisent des matériaux écologiques, des énergies alternatives ou une réduction des consommations d’énergie. Promouvoir la biométhanisation des effluents agricoles.

Une prise en charge plus active de la gestion des eaux usées en améliorant fortement la concertation et l’information de la population en soutenant des initiatives positives telles que la mise en place de citernes à eaux de pluie, les expériences de lagunages des eaux usées….

D’être beaucoup plus attentifs à la protection des zones humides.

De suivre très attentivement l’évolution du chantier TGV qui va couper notre commune en deux pour veiller à en minimaliser les impacts négatifs. La révision des plans de secteurs sera un dossier essentiel durant les prochaines années. Celle-ci devra impérativement s’inscrire dans une perspective de développement durable, dans un souci de défense de la spécificité environnementale et paysagère de notre région.

La révision des plans de secteurs sera un dossier essentiel durant les prochaines années. Celle-ci devra impérativement s’inscrire dans une perspective de développement durable, dans un souci de défense de la spécificité environnementale et paysagère de notre région.

 

Share This