Bien connaître ma commune de Herve
Sommaire

 

Fiche n° 6

 

L’ACTIVITE ECONOMIQUE, LE COMMERCE ET L’ARTISANAT

 

 

Vue d’ensemble

 

L’activité économique de notre commune repose essentiellement sur un important tissu de PME installée principalement dans les zonings industriels de Battice et Chaineux.

 Au 1/1/1998, les entreprises et les secteurs les plus importants en terme de main d’œuvre étaient les suivantes (environ) :

 

    • Owens Corning Fiberglas (fibre de verre) : 500 (en réduction depuis)
    • Clark Schwebel : 180
    • entreprises du bâtiment : 500
    • secteur alimentaire : 200
    • secteur du plastique : 110
    • secteur chimique : 100
    • réparation de véhicules : 100
    • secteur du transport : 220
    • banques et assurances : 75
    • conseils : 120
    • action sociale : 320

 

A la même date, notre commune comptait environ 1450 indépendants (1107 comme activité principale) répartis entre les secteurs suivants :

 

    • agriculture : 192 (187 au 1/1/2000)
    • industrie et artisanat : 434 (425 au 1/1/2000)
    • commerce : 461 (473 au 1/1/2000)
    • professions libérales : 234 (237 au 1/1/2000)
    • services (garages, coiffeurs, pédicures, etc) : 115 (106 au 1/1/2000)
    • divers : 8 (6 au 1/1/2000)

Les commerces quittent peu à peu le centre de Herve pour s’installer en périphérie du centre. Comme partout ailleurs, les petits commerces sont de plus en plus remplacés par des moyennes surfaces.

 

Les emplois dans les services publics se retrouvent principalement dans l’enseignement (550 emplois) alors que l’administration occupe 220 personnes.

 

Notre avis

 

En matière économique aussi, il convient d’adapter sa politique aux objectifs fixés. La première étape consiste à établir ces objectifs, qui, actuellement, ne nous paraissent pas avoir été définis. La commune doit-elle d’office accepter d’accueillir n’importe quel type d’entreprise ou s’agit-il d’encourager l’installation de certaines activités plutôt que d’autres ? Comment espérer une politique cohérente si l’on n’a pas décidé ce que l’on veut obtenir et avec quels moyens ?

 

Pour nous, il s’agit de bien mesurer toutes les implications d’une activité, qu’elles soient positives (création d’emplois directs et indirects) et négatives (impact sur l’environnement ou sur les activités déjà existantes) pour décider en connaissance de cause. Ainsi, il ne nous paraît pas souhaitable d’autoriser l’installation de nouvelles moyennes et grandes surfaces (comme le prévoit un projet d’affectation des terrains situés derrière l’ancienne laiterie) alors que la commune en compte déjà quatre. Ainsi, nous sommes fermement opposés à des concepts tels que les méga-complexes de magasins d’usine (projet  » outlet mall  » à Verviers) préjudiciables pour les commerces locaux.

 

Mais il s’agit aussi de prendre des mesures incitatives pour encourager des activités correspondant au caractère de notre région. Ainsi, nous souhaitons encourager l’installation et le développement d’entreprises agro-industrielles ou artisanales biologiques. Ainsi, nous voulons promouvoir le commerce de proximité (au centre ville et dans les villages) et les activités artisanales productrices de biens de consommation. Ainsi, nous voulons favoriser les initiatives en matière d’économie sociale, susceptibles de créer des emplois pour les personnes moins qualifiées.

 

Nos propositions

 

  1. Définir les objectifs locaux en matière économique en faisant notamment appel à la consultation de la population.

  2. Créer une fonction de manager de projet (fonction d’agent de développement local subventionnée par la Région wallonne) dont l’objectif sera de susciter l’émergence d’idées d’activités nouvelles, d’orienter et d’accompagner les porteurs de projets.

  3. Encourager la mise sur pied d’un réseau local de compétences et d’expertises, via des personnes ressources, susceptible d’encadrer des nouveaux projets et de créer des partenariats.

  4. Favoriser l’économie sociale par la prise en considération de critères spécifiques dans les marchés publics (achats et travaux) ouverts par la commune ou par les intercommunales et sociétés publiques (de logements par exemple) auxquelles notre commune participe.

  5. Mettre sur pied une politique d’accueil (zone réservée) et une expertise en matière d’activité agro-industrielle et artisanale biologique pour encourager le développement de cette filière sur notre commune.

  6. Instaurer un marché hebdomadaire en vue de promouvoir la vente directe des produits régionaux et de l’artisanat local.

 

N’hésitez pas à nous transmettre vos propositions !

 

Share This