Bien connaître ma commune de Herve

Sommaire

Fiche n° 9

 

LA SECURITE

Vue d’ensemble

Sur le territoire communal, la sécurité était, jusqu’à présent, assurée conjointement par la police communale et par la gendarmerie. La police compte 13 policiers et la brigade de gendarmerie compte 14 agents pour couvrir les communes de Herve et Olne.

L’organisation de la sécurité connaît actuellement une profonde modification liée, d’une part, à la mise en place de zones inter-polices (ZIP) et, d’autre part, à la réforme des polices.
Le concept des ZIP repose sur un élargissement du territoire sous surveillance d’une même police. Ainsi, notre commune fera partie de la ZIP regroupant Herve, Olne, Aubel, Thimister-Clermont, Welkenraedt, Plombières, Baelen et Limbourg. Certaines communes fonctionnent déjà en ZIP, ce qui n’est pas encore le cas de la nôtre. Elle doit être fonctionnelle au plus tard le 1er juillet 2001.
Il doit être prévu au moins un point d’accueil par commune et une permanence d’accueil et d’intervention pour toute la zone.

La réforme des polices, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2001, conduira à la disparition de la gendarmerie et de la police communale, pour faire place à une police locale et une police fédérale. La police locale s’occupera, en principe, de la sécurité locale alors que la police fédérale prendra en charge les affaires judiciaires et les manifestations de plus grande ampleur.
Dans la ZIP de Herve, l’effectif de la future police locale devrait compter environ 85 agents, sur base de l’effectif actuel des polices communales et des brigades de gendarmerie locales.
La gestion administrative de la police locale sera placée sous la responsabilité d’un Collège de Police, constitué des bourgmestres des communes de la ZIP, et d’un Conseil de Police, organe élargi à 19 membres supplémentaires, conseillers communaux des communes concernées.


Notre avis

L’évolution de l’organisation de la sécurité dans les communes va être totalement modifiée à l’avenir. Il n’est dès lors pas très utile de s’attarder sur les faiblesses de l’organisation actuelle, mais plutôt d’insister sur les aspects que nous voudrions privilégier dans la mise en place de la future police locale dans notre ZIP.

Le problème de la sécurité couvre de nombreux aspects : la petite et grande délinquance (vols qualifiés, dégradations, agressions, …), la toxicomanie, la sécurité routière, la protection de l’environnement, etc. Il ne faut pas sous-estimer les problèmes de sécurité tout comme il est malsain de les gonfler et provoquer ainsi un sentiment d’insécurité non fondé. Des actions de prévention ont été menées notamment en collaboration avec les écoles en matière de toxicomanie.

Nous voulons faire de la prévention un aspect essentiel de la politique de sécurité. Actuellement, les actions de prévention sont relativement réduites, en raison, semble-t-il, du manque d’effectifs.
A cet égard, la police de proximité est un élément essentiel dans la prévention. La répartition du territoire communal entre agents de quartier (c’était déjà le cas pour la police communale) doit être maintenue et les contacts entre la population et les agents de quartiers doivent être réguliers.

Il est important que la future charte de sécurité, qui devra être adoptée par les communes de la zone, prévoie les moyens nécessaires pour mener des projets d’actions de prévention et de sensibilisation dans les domaines comme la toxicomanie, la sécurité routière, la violence dans les écoles ou les rassemblements de jeunes (bals).

Il nous parait également essentiel de veiller à une bonne collaboration et concertation entre la police locale et les services sociaux des communes et des écoles.

L’assistance psychologique aux victimes est aussi un service qui devrait être organisé au sein d’une ZIP comme la nôtre.

En ce qui concerne la sécurité routière, nous voulons définir un plan global ambitieux en privilégiant la sécurisation des endroits les plus dangereux, notamment les abords des écoles (le problème est sensible dans de nombreux villages : Grand-Rechain, Bruyères, Xhendelesse, Charneux, Chaineux, …) et les traversées de villages et d’agglomérations.
Nous voulons aussi que le facteur sécurité routière soit systématiquement pris en compte en matière d’aménagement du territoire.

Enfin, là où la prévention n’a pas permis de limiter les excès, la répression doit être exercée de manière équitable, sans passe droit (en finir avec les procès qui  » sautent « ).

Nos propositions

1. Accroître les moyens consacrés par la police locale à la prévention
2. Etablir un plan global de la sécurité routière et planifier les aménagements en privilégiant les abords des écoles et les traversées de villages et agglomérations, notamment par l’établissement d’un maximum de zones limitées à 30 Km/h.
3. Créer un conseil consultatif de prévention et de sécurité chargé notamment de surveiller la bonne coordination entre la police locale et les services et associations intéressés à des projets de prévention (toxicomanie, animation de quartier, animation des jeunes, …)
4. Prévoir d’aborder obligatoirement l’aspect sécurité routière dans les projets de lotissements et autres aménagements.
5. Instaurer dans la ZIP une assistance psychologique aux victimes.
6. Assurer une formation spécifique pour rendre les agents de quartiers attentifs aux problèmes de protection de l’environnement.

 

 

 

N’hésitez pas à nous transmettre vos propositions !

 

Share This