L’agriculture manipulée par les semenciers

L’agriculture manipulée par les semenciers

Agriculture

60 ans que l’agriculture se trompe

 

14107796Des chercheurs français démontrent que les rendements des cultures sont plus élevés quand différentes plantes sont mélangées et qu’elles possèdent un patrimoine génétique diversifié. L’exact contraire de ce que fait l’agriculture depuis 60 ans.PARADIGME. « C’est un nouveau paradigme » s’enthousiasme Cyrille Violle, chercheur au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE-CNRS/université de Montpellier). Dans le cadre du projet PRAISE sur l’amélioration génétique des prairies semées (financé par l’Agence nationale de la recherche), le CEFE et l’Inra de Lusignan dans la Vienne ont mené une expérimentation originale par sa démarche et totalement nouvelle pour la science. « Pendant un an, nous avons cultivé sur 120 mini-parcelles de 1,2 m sur 1,3 cinq espèces fourragères (luzerne, trèfle blanc, ray-grass, dactyle, fétuque), explique Cyrille Violle. Des parcelles ont accueilli une seule plante en monoculture, d’autres les 5 en polyculture, et nous avons également fait varier la diversité génétique, certaines parcelles n’abritant qu’un seul type, d’autres cinq ou dix génotypes ». Certaines parcelles ont été irriguées d’autres pas, pour vérifier le comportement des plantes en situation de sécheresse.

(suite…)

by 31 Mai 2016
En cette période de questionnement sur l’avenir de l’agriculture…

En cette période de questionnement sur l’avenir de l’agriculture…

Agriculture

Pour en savoir plus, cliquez ici  La permaculture à la ferme du Bec Hellouin 

 

A cœur de la Normandie, à deux pas de l’un des Plus Beaux Villages de France et de sa célèbre abbaye, cette ferme expérimentale propose des produits biologiques de grande qualité. Sa production est réalisée dans un respect absolu de l’environnement, grâce aux concepts de la permaculture.

La Ferme biologique du Bec Hellouin fonctionne selon les principes de la permaculture, une approche novatrice encore peu connue mais source d’inspiration pour tous ceux qui s’interrogent sur l’avenir de l’agriculture et de l’alimentation.

by 5 Mar 2016
cash-investigation-du-mardi-2-fevrier-2016

cash-investigation-du-mardi-2-fevrier-2016

Agriculture

Elles s’appellent Syngenta, Monsanto, Bayer ou Dow, vous ne les connaissez peut-être pas. Ce sont des multinationales de l’agrochimie qui fabriquent les pesticides utilisés dans l’agriculture. Leurs produits se retrouvent dans les aliments, dans l’eau du robinet et même dans l’air que l’on respire. Certains sont cancérigènes ou neurotoxiques, d’autres sont des perturbateurs endocriniens particulièrement dangereux pour les enfants.

(suite…)

by 7 Fév 2016

Les producteurs de lait: situation dramatique

Agriculture

Contrechamp : Erwin SCHOPGES, Administrateur European Milkboard (diffusé le 22 novembre 2012)

22 novembre 2012 14:01:00
Les producteurs de lait de toute l’Europe se préparent pour aller manifester lundi et mardi prochain devant le Parlement européen à Bruxelles. Objectif ? Attirer l’attention sur la situation dramatique des marchés laitiers en Europe, caractérisés par des prix du lait ne couvrant pas les coûts de production. L’invité de Contrechamp ce jeudi est Erwin Schöpges, Vice-Président du MIG, le groupe de défense des producteurs de lait et un des fondateurs de l’EMB, l’European Milkboard. Agriculteur basé à Amblève, il incarne le combat des producteurs laitiers.

by 23 Nov 2012

La mort est dans le pré

Agriculture

Ce documentaire va éveiller nos consciences sur le scandale des agriculteurs empoisonnés par les pesticides de leurs propres champs. Peut-on vraiment évoquer un crime ou un complot à ce sujet, la réalité est peut être plus nuancée et difficile à cerner, mais quoi qu’il en soit, ce documentaire révèle les dessous de graves défaillances liées l’utilisation des pesticides. Tout d’abord, il semble que ce soit la course au profit qui est indirectement à l’origine des maladies des agriculteurs mentionnés dans le reportage. En semant des pesticides, «les travailleurs des champs» étaient loin de se douter qu’ils récolteraient des cancers et des troubles neurologiques. «Intitulé la mort est dans le pré», ce reportage est un gros plan sur la souffrance de ces sacrifiés de l’agriculture. Caroline est la première d’entre eux, et lance cet appel qui résonne dans le vide tel un cri angoissant : «les agriculteurs sont en train de mourir». Il faut dire que Caroline a déjà payé un lourd tribut pour son exploitation puisque son mari (Yannick) est décédé de leucémie, une mort attribuée par les médecins à l’utilisation des pesticides.

by 10 Avr 2012
Le monde selon Monsanto

Le monde selon Monsanto

Agriculture

Monsanto, ou l’art de revenir au temps des serfs, des seigneurs et de l’esclavage…

Vous ne vous sentez pas concernés? c’est normal.

recentrons le débat sur vous. pensez vous que monsanto ait quoi que ce soit à voir avec la chemise que vous avez sur le dos? le poisson (fraîchement pêché par des gaspésiens des bretons (ou par vous-même…)??, le tournedos sauce trois-poivres (ou le pâté chinois, dépendamment du continent ou vous vous trouvez) que votre maman vous a amoureusement mitonné?, le lait que vous buvez le matin (en amérique exclusivement)

non, bien sur! mais ne vous méprenez pas, je pensais exactement comme vous jusque dernièrement.

Une manufacture de produits chimiques, qu’il y a t-il de plus banal? en effet, si celle-ci ne fabriquait que des détergents ou des peintures industrielles…

encore que… connaissez-vous IG Farben? cette entreprise allemande ( dissoute en 1950 ) était constituée de la fusion de trois entreprises allemandes et d’une société américaine: AGFA, Bayer et BASF (pour les allemands) et Standard Oil (pour les américains, dirigée par les bushs(oui, je sais, on ne met pas un nom propre au pluriel… mais pensez-vous que le terme propre puisse s’associer avec le vocable bush? ce n’est plus un nom, c’est une insulte!…) ces sociétés ont très bien survécues à la guerre malgré que cette société fabriquait ..l’acide cyanydrique (couramment appelé cyanogène, gaz cyclone ou Zykklon B), gaz qui anéantit tant et tant de personnes dans les chambres à gaz nazies…

mais revenons à nos moutons (transgéniques…?) .

Monsanto, multinationale de l’agroalimentaire, dépositaire de nombreux brevets, fabricant d’armes chimiques pour la guerre de corée, le viet-nâm (d’autres, peut-être? renseignez-moi…) se spécialise aujourd’hui dans la prise de possession mondiale des cultures et des élevages, à l’aide de divers produits modifiés génétiquement, hormones de croissance, etc.. dont les agriculteurs rendus dépendants par signature de contrat, ne peuvent plus se défaire… aux dernières nouvelles ils voulaient breveter un type de cochon!

Pire que ça, les champs voisins sont contaminés par ces produits et ne peuvent plus se cultiver naturellement…

J’ai mis deux vidéos , l’une de Rodolphe Pilaertt l’autre de Marie-monique Robin, une vraie journaliste d’investigation qu’il faut soutenir en achetant son livre (tiré du documentaire, ou le contraire, je ne sais pas…)Le monde selon monsanto.

Un des faits qui me semblent des plus alarmants est le fait que certains pays dont le dannemark commencent à mettre leurs graines de souche pure à l’abri du monde extérieur, dans des bunkers sous la glace. ça passe complètement inaperçu du grand public (pourtant, ils en ont parlé au journal de 13:00h…), mais moi, ca a le don de m’exciter le signal d’alarme!

 

– La première vidéo DOCUMENTAIRE : LE MONDE SELON MONSANTO 1 http://rodolphepilaert63.wordpress.com

 

La seconde, c’est le reportage en question: Le monde selon monsanto… édifiant et effarant!

des liens sur le sujet:

http://www.stop-monsanto.qsdf.org/

http://www.confederationpaysanne.fr/index.php

http://www.arte.tv/monsanto

http://combat-monsanto.org/

un texte tres interessant…

 

Ce même texte reproduit ici (les liens ne sont plus ce qu’ils étaient… on ne sait plus à qui se fier!)

 

Nourrir le monde ou l’agrobusiness. Enquête sur Monsanto, par Isabelle Delforge. Publié à Bruxelles par Les Magasins du Monde Oxfam et Oxfam-Solidarité, à Poitiers par Orcades et à Lausanne par la Déclaration de Berne, mai 2000, 110 pages.

 

Pour les générations de la première moitié du XXe siècle, l’Allemand Krupp, le Britannique Vickers et le Français Schneider-Creusot étaient devenus synonymes de marchands de mort. Pour ceux qui sont nés après 1945, c’est l’Américain MONSANTO qui a pris cette sinistre succession. Car, aujourd’hui, s’il est une entreprise dont les activités en ont fait le symbole mondial de la nécro-entreprise, c’est incontestablement cette société transnationale qui, de l’agent orange à la semence « Terminator» en passant par la production de PCB, de pesticides et herbicides hautement toxiques, d’hormones de croissance cancérigènes et d’organismes génétiquement modifiés (OGM), a recherché les profits les plus grands en fabriquant les produits les plus nocifs. Tout en affirmant le contraire et en prétendant promouvoir les sciences de la vie et nourrir l’humanité… !

Cette identification de MONSANTO avec la production pour la mort peut même être poussée plus loin encore puisque des liens parfois étroits l’associent au nazisme. Parmi ceux-ci, on notera que MONSANTO est devenu, après la deuxième guerre mondiale, un partenaire de l’IG Farbenfabriken au sein de Chemagrow Corporation. L’IG Farbenfabriken avait apporté un soutien financier décisif au parti nazi dans les années trente et elle avait fabriqué le gaz destiné à Auschwitz au début de la décennie suivante. A Chemagrow Corporation, des chimistes nazis et américains ont travaillé ensemble à la mise au point d’armes chimiques, les premiers partageant avec les seconds le fruit de leurs expériences dans les camps d’extermination de l’Allemagne hitlérienne.

(NDPR (note de pat): putain, je ne suis pas le seul à faire ce rapprochement: IG Farben <=> monsanto…)

Personne ne sera plus surpris, dès lors, de lire de la plume même d’Edgar Monsanto Queeny, président de cette entreprise à partir de 1943, qu’il se reconnaissait comme « a cold, granitic believer in the law of the jungle(1). Ce qui est à l’oeuvre avec MONSANTO, c’est l’idéologie du plus fort, nourrie des théories économiques des libéraux manchestériens et de leurs disciples de l’Ecole de Chicago.

Alors que les productions de MONSANTO sont autant d’atteintes aux droits fondamentaux des êtres humains, les gouvernements réagissent au mieux par l’indifférence, au pire – et le plus souvent – par la complicité. Face à cette désertion de ceux qui sont censés exercer la responsabilité de l’intérêt général, il ne reste plus aux citoyens qu’à prendre en charge eux-mêmes la qualité de leurs moyens de subsistance et de leur cadre de vie. Ce qui commence par l’information.

Le livre qu’offre Isabelle Delforge à toute personne attentive à la manière dont les acteurs économiques façonnent nos vies est un cri. Un cri de la société civile. Un cri citoyen. Dans la lignée d’une Susan George ou d’une Viviane Forrester, l’auteur nous fournit des clés pour se désintoxiquer des mensonges des acteurs politiques, des manipulations de la publicité et des imprécisions d’une presse trop souvent silencieuse, presque toujours caricaturale et parfois même complaisante. Le livre qui nous est proposé ne nous apprend pas seulement l’histoire d’une entreprise américaine devenue un géant mondial de l’agrochimie. Il nous montre comment une entreprise transnationale devient peu à peu une pieuvre dont les tentacules enferment les peuples de tous les continents et prend progressivement le contrôle du plus vital de tous les secteurs : la chaîne alimentaire et sanitaire.

En agissant sur l’alimentation et sur la santé, on s’assure un contrôle absolu des peuples placés ainsi dans une dépendance totale. Aldous Huxley et Georges Orwell sont dépassés par la réalité. Selon la formule utilisée par un de leurs cadres, « la captation de la totalité de la chaîne alimentaire » est l’objectif ultime des transnationales de l’agrochimie. La fabrication d’OGM et le brevetage du vivant en sont les moyens techniques. L’Union Européenne et l’Organisation Mondiale du Commerce fournissent le cadre légal.

Pour protéger et accroître la production agricole, MONSANTO propose des pesticides et des herbicides. Les performances toujours plus poussées de ceux-ci finissent par mettre en péril la plante même qu’on veut protéger. Plutôt que de remettre en cause le productivisme à l’origine de cet usage intensif de produits qui empoisonnent les sols et les réserves en eau, qui ont un impact sur la santé des animaux et des consommateurs et qui grèvent le budget des exploitants agricoles, plutôt que de donner à la recherche l’objectif de diminuer la nocivité des produits de traitement, MONSANTO et les autres géants de l’agrochimie préfèrent recourir aux manipulations génétiques sur le vivant. Car l’objet de la recherche, ce n’est pas l’amélioration de la qualité de la vie et de l’environnement, c’est l’invention de ce qui est susceptible de devenir commercialisable. On crée donc des espèces végétales MONSANTO qui résistent aux pesticides et aux herbicides MONSANTO. Et à eux seuls. Le lien de dépendance est établi puisqu’il faut nécessairement avoir recours aux uns et aux autres pour garantir la production. « Chaque graine génétiquement modifiée est la propriété de son inventeur » souligne José Bové, qui ajoute « Les OGM sont une technique de domination et la brevetabilité est le principal outil permettant cette domination. (2) » Car, pour conforter et étendre ce lien de dépendance à l’ensemble de la planète, MONSANTO fait breveter les OGM. Ces brevets sont protégés par les règles sur le brevetage du vivant imposées à tous les pays par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et, dans l’Union Européenne, renforcées par une directive du 6 juillet 1998 dont la portée est plus large encore et qui est, en outre, imposée aux « partenaires » de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Mais cela ne suffisait sans doute pas. Pour garantir une «captation » totale de la chaîne alimentaire et empêcher toute velléité d’indépendance des paysans, le « génie génétique » est devenu faustien : il a donné naissance à une semence qui ne germe qu’une fois, grâce à l’introduction d’un gène auto-destructeur. C’est la semence Terminator dont MONSANTO a acquis les droits. Elle rend impossible le recours traditionnel à la semence fermière, c’est-à-dire la semence prélevée dans la production de la récolte précédente, ce qui oblige le paysan à acheter chaque année de nouvelles semences. On comprend dès lors l’indignation d’un José Bové : « Ces pratiques violent le droit ancestral, millénaire, et reconnu partout dans le monde, à prélever sur sa récolte pour celle à venir. » L’annonce récente par MONSANTO de l’abandon de cette semence n’empêche pas sa fabrication par d’autres firmes et, en particulier, sa commercialisation prochaine par son inventeur, la firme Delta & Pine Land Co. La technologie Terminator a fait l’objet d’une trentaine de brevets détenus par différentes sociétés transnationales agrochimiques.

Afin de s’assurer le contrôle de la chaîne alimentaire mondiale, « de la graine à l’assiette » comme dit José Bové, les transnationales de l’agrochimie, MONSANTO en tête, s’emploient désormais à étendre la pratique des manipulations génétiques et du brevetage à toutes les espèces vivantes susceptibles de servir comme aliments ou comme médicaments dans l’ordre végétal, mais également dans l’ordre animal où le recours aux hormones ou autres activateurs de croissance, l’emploi de farines animales fabriquées à partir de composants dangereux pour la santé (quand il ne s’agit pas tout simplement d’excréments ou d’huiles de vidange…), l’usage intensif d’antibiotiques, montrent déjà que l’objectif n’est pas de fournir une alimentation de qualité, mais de satisfaire la recherche de profits toujours plus grands par les branches pharmaceutiques de l’agrochimie mondiale.

Avec les OGM et le brevetage du vivant, un mécanisme de la servitude se met en place où paysans et consommateurs du monde entier deviennent les otages des transnationales du complexe agrochimique.

Au nom d’un objectif défini non pas en fonction des besoins réels des peuples, mais bien en fonction des profits recherchés par ceux qui agissent en amont comme en aval de la production agricole, un productivisme frénétique conduit à des pratiques dommageables pour des milliards de personnes dans les pays du Sud, mais également et de plus en plus, dans les pays industrialisés. Sans que les paysans aient formulé une demande, sans qu’ils aient été consultés et sans qu’ils aient pu exprimer un choix, un modèle productiviste leur a été imposé.

La généralisation des OGM brevetés dans le cadre des politiques prônées par l’OMC va dépouiller les peuples du Sud de leurs ressources naturelles et maintenir sinon accroître la famine et la malnutrition. Elle favorise déjà l’exode rural et la désertification des campagnes tout en provoquant la destruction massive des éco-systèmes. D’un point de vue sanitaire, elle fragilise, par les incertitudes qui demeurent, la qualité de la chaîne alimentaire tout en déclenchant, ce dont on est certain, des mécanismes susceptibles de rendre incurables certaines maladies chez les plantes, les animaux ou les humains. Enfin, l’introduction dans l’ordre naturel de variétés génétiquement modifiées provoque une « pollution génétique » dont les conséquences sont à ce jour totalement imprévisibles.

Mais de tout cela, MONSANTO n’a cure, puisque, selon son directeur de la communication, « Nous n’avons pas à garantir la sécurité des produits alimentaires génétiquement modifiés. Notre intérêt est d’en vendre le plus possible (3) .» Propos qui ne seront pas contredits par ceux qui, à l’OMC, fournissent le cadre légal aux pratiques des entreprises transnationales agrochimiques dont MONSANTO constitue à la fois une avant-garde, un modèle achevé et un symbole.

Quand la qualité de la vie et la sécurité sanitaire laissent indifférents ou négligents la plupart des décideurs politiques, crispés sur le court terme et sensibles aux pressions des milieux d’affaires, quand les acteurs économiques refusent toute fonction sociale et privilégient la recherche effrénée d’un profit toujours considéré comme insuffisant, quand la recherche scientifique, délaissée par les pouvoirs publics, doit vendre son indépendance aux bailleurs de fonds privés et renoncer dès lors à sa capacité critique et à une interrogation permanente sur son rôle dans la société, ce qui triomphe c’est une organisation marchande du monde. Au bénéfice exclusif, mais considérable d’une toute petite minorité d’individus et de ceux qui sont à leur solde.

Cette dérive est voulue par les sociétés transnationales et acceptée par leurs relais dans la classe politique. Les accords de l’Uruguay Round gérés depuis 1995 par l’OMC lui ont fourni un cadre légal et l’illusion de la légitimité. Mais ils ont favorisé en même temps une prise de conscience planétaire des enjeux vitaux auxquels les femmes et les hommes sont aujourd’hui confrontés. Le livre d’Isabelle Delforge, qui nous dévoile les objectifs et les méthodes d’un des plus importants acteurs de la marchandisation de la planète, nourrit cette prise de conscience. C’est un outil indispensable pour la construction d’un monde citoyen.

Dr. Raoul Marc JENNAR, Chercheur

1 The Spirit of Enterprise, 1934.
2 BOVE José et DUFOUR François, Le monde n’est pas une marchandise. Des paysans contre la malbouffe. Paris : La Découverte, 2000.
3 BERLAN Jean-Pierre et Richard C. LEWONTIN, « La menace du complexe génético-industriel » in Soulager la planète, Paris : Manière de Voir-Le Monde diplomatique, mars-avril 2000.
Partie 2
UNE NECROENTREPRISE : MONSANTO, L’AGENT ORANGE ET LES GUERRES AMERICAINES

Les nécrotechnologies ne sont pas une nouveauté chez Monsanto. Avec six autres firmes américaines, cette entreprise a fabriqué une des plus terribles armes chimiques : l’agent orange.
VIES BRISEES

Liên, Hông et Nga. Trois Vietnamiennes qui ne prononceront jamais leur nom. Pas davantage que leurs frères, Hung et Manh. Tous les cinq sont nés entre 1971 et 1985. Tous les cinq sont congénitalement sourds-muets et frappés de déficiences mentales. Long, leur mère, et But, leur père, étaient des combattants pendant la guerre. Elle désamorçait les mines. Il faisait partie d’une unité régulière. Tous deux ont été exposés aux herbicides déversés par l’aviation américaine.

A l’hôpital Tu Du d’Ho Chi Minh Ville, depuis 1988, 30 % des nouveaux nés souffrent de malformations : bras ou jambes atrophiés ou déformés, palais fendu, spina bifida, enfants trisomiques. 1988, 17 ans après l’arrêt des largages de défoliants, les substances toxiques se retrouvent désormais dans les fruits et les légumes cultivés dans des sols gorgés de la dioxine produite chez Monsanto. Une deuxième génération née après la guerre est victime des armes chimiques utilisées par les Américains. « Ce ne sont pas des bébés qui naissent, ce sont des monstres » s’indigne le Dr Le Diem Huong après avoir donné naissance à un garçon dont les organes génitaux émergent du visage.

Le Capitaine Tom Nesbitt pilotait un des hélicoptères Bell Huey de la 114^e Compagnie d’Assaut basée à Vinh Long, dans le delta du Mékong. Au début de 1971, il partit en mission pulvériser du défoliant au-dessus de la forêt de U Minh. Après chaque passage, lorsqu’il faisait demi-tour, des centaines de gouttelettes pénétraient l’intérieur de l’appareil. Nesbitt comme ses co-équipiers ne portaient aucune protection particulière. Vingt ans plus tard, il souffre de troubles psychologiques et physiques. Son médecin lui déconseille fortement d’avoir des enfants, car ceux-ci pourraient être gravement handicapés. Beaucoup de soldats, exposés comme lui, ont souffert bien davantage encore. Beaucoup sont morts depuis la fin de la guerre.
AGENT ORANGE

Pendant la deuxième guerre mondiale, alors que les forces américaines repoussent difficilement l’armée japonaise, l’idée est avancée d’affamer le Japon en détruisant les récoltes de riz au moyen d’un herbicide puissant. Des recherches sont financées par le gouvernement. Elles débouchent sur une combinaison de deux herbicides : le 2,4-D et le 2,4,5-T. Cette combinaison restera dans l’histoire sous le nom d’agent orange. Lors de la fabrication du second herbicide, qui entre pour 48,75% dans la composition de ce défoliant, un produit dérivé apparaît : le TCDD, mieux connu sous le nom de « dioxine ». Selon les fabricants, cette « impureté » ne peut être éliminée. Plus le taux de l’herbicide 2,4,5-T est élevé dans la composition du défoliant, plus le taux de dioxine est important.

L’agent orange est testé sur un atoll du Pacifique. Sa nocivité est telle que le président Roosevelt décide d’y renoncer et interdit à l’armée américaine de s’en servir. Ses successeurs n’ont pas les mêmes scrupules. Le Président Eisenhower autorise en 1959 la mise au point de la technologie aérienne permettant l’épandage du défoliant.

Début des années soixante, Monsanto et six autres firmes américaines (Dow Chemicals, Diamond Shamrock Corporation, Hercules Inc, Uniroyal Inc, T-H Agricultuial & Nutrition Company et Thomson Chemical Corporation) produisent des herbicides contenant du TCDD alors que les recherches médicales établissent de manière incontestable son triple caractère : il provoque le cancer, il cause des malformations congénitales chez le foetus et il est à l’origine de modifications génétiques.
PENDANT LA DEUXIEME GUERRE D’INDOCHINE

Le 30 novembre 1961, le président John F. Kennedy donne le feu vert à des actions aériennes en vue de défolier la forêt vietnamienne. Quelques mois plus tard, il signe l’ordre d’utiliser les mêmes moyens pour détruire les récoltes agricoles. L’opération «Ranch Hand» est lancée. Le 12 janvier 1962, un bimoteur Hercules C-123 décolle pour la première mission de la plus grande guerre chimique jamais menée dans l’histoire de l’humanité.

Pour la première fois, la destruction de l’environnement devient un objectif de guerre. Il faut empêcher que la forêt et le maquis puissent dissimuler l’adversaire, ses caches et ses déplacements. Il faut détruire les récoltes qui servent à nourrir des populations mal contrôlées et inciter les paysans à fuir les campagnes infiltrées par la guérilla.

Pendant dix ans, l’aviation américaine a déversé 72 millions de litres d’herbicides dont 41.635.000 litres d’agent orange sur une superficie totalisant, dans les trois pays touchés, près de 2 millions d’hectares de forêts et de rizières dont 34 % ont été arrosés plus d’une fois et 12%, au moins, l’ont été à trois reprises. Les territoires ciblés s’étendent sur les 16.000 km de la piste Ho Chi Minh au Laos et au Cambodge, sur la zone qui s’étend dans le delta du Mékong jusqu’à la péninsule de Camau, au Sud-Vietnam, sur les zones en bordure du Cambodge et du Laos, sur la zone spéciale baptisée Rung Sat, qui contrôle toutes les rivières conduisant à Saigon, et sur la zone démilitarisée au sud du 17^e parallèle, frontière entre les deux Vietnam.
Bilan humain

Impossible à chiffrer de manière précise. Des dizaines de milliers de paysans ont été exposés aux herbicides. Des milliers de combattants vietnamiens et américains également.

Au Vietnam, le taux de concentration en dioxine détecté chez les adultes, mais aussi chez les enfants nés après la guerre est anormalement élevé dans les régions où fut déversé l’agent orange.

Alors que dans le reste de l’Asie du Sud-Est, la fréquence du choriocarcinome – une variété de cancer de l’utérus – est de 1 à 2 pour mille, au Vietnam du Sud elle est de 6 pour cent.

Après la guerre, des milliers de soldats américains, australiens, coréens, néo-zélandais ayant servi au Vietnam ont été et sont encore victimes de maladies de la peau, de tumeurs, de différentes formes de la maladie d’Hodgkins, de cancers du poumon, du larynx, de la trachée, de la prostate. Le taux des enfants malformés physiquement ou mentalement, nés d’un père ayant servi au Vietnam, est anormalement élevé. La mort subite chez les bébés de soldats exposés à l’agent orange est quatre fois plus fréquente que chez les autres nourrissons. Le taux de mortalité prématurée est beaucoup plus élevé chez les vétérans du Vietnam exposés aux défoliants que chez les autres anciens combattants.

Il n’y a aucune raison de penser que ces caractéristiques plus aisément décelées dans les pays riches ne se retrouvent pas dans les trois pays indochinois victimes de l’agent orange.

Bilan écologique et agricole du fait des seuls herbicides (auxquels il faut ajouter les dégats provoqués par les bombardements, au napalm en particulier) :
43% des régions cultivées sont empoisonnés.
60 % des plantations d’hévéas sont détruits
44% de la forêt sont détruits
36% des forêts de palétuviers sont détruits et il faudra plus de cent ans pour les reconstituer
6.250 km², dans le Sud du Vietnam, restent impropres à la culture 30 ans après.
au Cambodge, 150.000 ha de forêts et de plantations d’hévéas sont détruits
au Laos, 160.000 ha de forêts sont détruits
pollution massive des eaux (en 1995, une rivière du centre du Vietnam contient un taux de dioxine un milliard de fois plus élevé qu’une rivière du Canada en zone industrielle) et des sols provoquant pour de nombreuses décennies un empoisonnement de l’ensemble de la chaîne alimentaire.

Pendant ces mêmes années soixante, 75.700 litres d’agent orange ont été également déversés sur la zone démilitarisée qui borde la frontière entre les deux Corée.
UN DES PLUS GRANDS CRIMES CONTRE L’HUMANITE
Pendant la première guerre mondiale, une trentaine d’agents chimiques avaient été employés, dont les gaz utilisés par les troupes allemandes en avril 1915 dans la région d’Ypres (Belgique). Les risques que de telles armes faisaient courir aux soldats des deux camps et aux populations civiles incita les gouvernements à adopter ce qui est devenu « le Protocole de Genève de 1925 ».

Celui-ci interdit l’usage de substances solides, liquides ou gazeuses susceptibles d’avoir un effet toxique sur les plantes, les animaux et les êtres humains.. Le Protocole prohibe en outre l’usage comme arme de guerre de toute substance dont les effets ne sont pas connus. L’herbicide employé à des fins militaires entre dans la catégorie des armes chimiques

Le Protocole de 1925 constitue le droit international en vigueur en ce qui concerne les armes chimiques lorsque commence l’intervention américaine au Vietnam. En autorisant l’usage de l’agent orange pour détruire les forêts et les rizières, le président des Etats-Unis l’a délibérément violé.

L’agent orange comme tous les autres défoliants contenant du TCDD provoque des malformations physiques et/ou mentales chez le nouveau-né et, chez l’adulte, des dysfonctionnements physiques et/ou mentaux pouvant entraîner la mort. C’est une arme chimique d’une nocivité extrême.

Pour avoir fabriqué un herbicide à forte teneur en dioxine et pour l’avoir massivement utilisé comme arme chimique, sept firmes américaines – dont Monsanto – et le gouvernement des Etats-Unis partagent la responsabilité d’un des plus grands crimes contre l’humanité. Un crime qui produit aujourd’hui encore ses effets. Un crime resté impuni.

Raoul Marc JENNAR chercheur URFIG/Fondation Copernic

Sources
Cecil B. Currey, /Residual Dioxin in Viet Nam/, Charlottesville, University of Virginia, The Sixties Project, 1992.
Croix Rouge du Vietnam – Fonds des victimes de l’agent orange, Hanoi, 1999.
Hutchinson Encyclopedia, /Chemical Warfare/, Washington DC, Helicon Publishing, 1999.
Institute of Medecine, /Veterans and Agent Orange/, Washington DC, National Academy Press, 1999.
Pepall Jennifer, /Comment reboiser le Vietnam/?, Québec, CRDI Explore, Centre de Recherches pour le Développement International, 1995.
Solomon Kane & Franck Altobelli, /Les nouvelles générations sacrifiées de la guerre américaine au Vietnam/, Bruxelles, De Morgen, 27 novembre 1998.
US Department of Veterans Affairs, /Agent Orange and related issues/, Washington DC, 1997.
William A. Buckingham Jr, Ph.D., /Operation Ranch Hand. Herbicides in Southeast Asia, 1961-1971/. Washington DC, US Government Printing Office, 1982.

à lire dans :

Nourrir le monde ou l’agrobusiness. Enquête sur Monsanto, par Isabelle Delforge. Publié à Bruxelles par Les Magasins du Monde Oxfam et Oxfam-Solidarité, à Poitiers par Orcades et à Lausanne par la Déclaration de Berne, mai 2000, 110 pages.

 

by 22 Juil 2010