Des analyses récentes de la nappe phréatique sous la ville de Herve réalisées par l’Institut Malvoz démontrent la présence inquiétante et l’augmentation constante de nitrates, de germes aérobies et de bactéries coliformes. 

Si la Wallonie, et en ce qui nous concerne le plateau de Herve, est riche en eau, il s’avère de plus en plus important de protéger cette richesse menacée.

Le monde agricole a fait et continue de faire d’importants efforts en vue de limiter la dispersion d’effluent d’élevage et l’utilisation d’engrais et de pesticides. Toute nouvelle construction doit respecter des règles en matière d’épuration.

La dégradation actuelle de la qualité de nos eaux souterraines trouve vraisemblablement son origine dans l’utilisation non contrôlée de puits nouveaux et anciens et les déversements d’eaux « grises » ou « noires » dans ces puits et donc directement dans la nappe.

Le Collège dispose-t-il d’analyse de la qualité de notre nappe phréatique? Existe-t-il une cartographie fiable des captages privés sur le territoire communal? Ne pourrions organiser une relevé précis des puits anciens et nouveaux en vue de réguler l’utilisation de notre « or bleu »? Plutôt que de permettre que des privés puissent creuser de nouveaux puits, ne faudrait-il pas privilégier l’utilisation et le stockage des eaux de pluie qui aurait, de plus, l’avantage de constituer autant de retenues d’eau en cas de fortes pluies?

Share This