1. Donner une large place à la concertation du citoyen.

Aujourd’hui, malgré les apparences, notre commune est bien peu démocratique.

Le conseil communal, le parlement de la commune, ne joue aucun rôle réel. Le conseil communal ne fait qu’acter le décisions prises par le Collège des Échevins et Bourgmestre. Aucun débat de fond n’y est mené, la majorité écrasante réduit les élus à des presse-boutons.

La population est trop rarement consultée, la plupart des décisions se prennent à huis clos entre un nombre très réduit de personnes. Les commissions consultatives sont inexistantes ou peu efficaces.

On doit regretter l’absence de tout projet global. La gestion se fait au jour le jour, sans réflexion à moyen ou à long terme.

Ce que nous souhaitons

Ecolo ne veut pas simplement s’installer aux côtés des partis traditionnels et s’asseoir au conseil communal, même pour y faire entendre la voix de l’écologie. Plus que d’apporter une connotation verte à des débats dont le citoyen est exclu, il s’agit, dans une perspective réellement démocratique, en dehors de laquelle aucune politique fondamentalement écologique n’est possible, de réconcilier l’homme de la rue avec la politique.

La confiance du citoyen dans la vie politique et la participation plus active passent par un choix très net pour des structures de décision claires et compréhensibles.

Pour cela nous proposons :

De créer un échevinat de la participation et de la communication qui aurait en charge la promotion des initiatives de participation dans tous les domaines de compétence et d’activité de la commune.

D’organiser périodiquement, dans chaque village, une rencontre des échevins avec la population.

De mettre en place une fonction de médiateur chargé de recueillir et de traiter les critiques des citoyens concernant le fonctionnement de la commune et de formuler des propositions d’amélioration

De créer des commissions consultatives pluralistes, nombreuses et les plus efficaces possible. Contrairement à la majorité actuelle qui ne semble pas apprécier les commissions consultatives. Ecolo propose de multiplier les commissions dans de nombreux domaines pour impliquer les Herviens, utiliser l’expérience et les compétences nombreuses des herviens : aménagement du territoire, tourisme, culture, politique sociale, politique familiale, jeunesse, développement économique, commerce …. Ces commissions consultatives devront être accessibles, publiques et pluralistes et disposer de moyens suffisants pour bien organiser les échanges. Un échevin seul ne peut imaginer toutes les solutions possibles. Ces commissions consultatives devraient avoir un droit d’avis ou d’intervention devant le conseil communal.

D’informer et de consulter plus régulièrement et plus largement la population à propos des projets qui la concernent, de créer des lieux d’écoute et de concertation.

Exemples :

* Dès l’élaboration du projet de rénovation des voiries au centre de Herve, consulter les commerçants, les habitants, les responsables des écoles et le commissaire de police.

* Pour améliorer la gestion des déchets, trouver les meilleures solutions, sensibiliser la population. Un échevin, qui ne sera jamais un expert dans tous les domaines, doit s’entourer de conseillers. Créer un groupe de réflexion incluant des experts et des habitants de diverses sensibilités. Une meilleure gestion des déchets vise avant tout à diminuer la quantité de déchets produits.

* Pour construire un nouveau terrain de foot dans un village, rencontrer les responsables, les utilisateurs, les habitants pour définir avec eux les besoins réels plutôt que de leur fournir une infrastructure inadaptée et coûteuse.

D’ouvrir le bulletin communal. Pour l’instant le bulletin communal est un agenda des activités organisées dans la commune. Depuis peu, il est aussi devenu la feuille de présentation de l’action de l’un ou l’autre échevin. Pour nous, ce bulletin doit s’ouvrir davantage et devenir un outil de démocratie. Géré par un comité pluraliste, il doit ouvrir ses pages à toutes les formations politiques (à l’exclusion de l’extrême-droite) et aux commissions consultatives qui pourront ainsi faire connaître leur travail. Il pourrait aussi informer les habitants des décisions importantes prises au conseil communal (lotissements, aménagement, services sociaux…)

De renforcer, mieux faire connaître le droit d’interpellation. Tout habitant de la commune peut interpeller le conseil communal. Nous souhaitons faire connaître davantage ce droit, encourager les habitants à l’utiliser, les aider éventuellement. Et surtout, exiger des conseillers et des échevins qu’ils écoutent, prennent réellement en compte cette interpellation.

Enfin, Ecolo veut réveiller le conseil communal, y mener des débats, pousser les Échevins et le Bourgmestre à prendre des décisions à longs termes, à concevoir une politique plus globale, plus prospective et plus dynamique.

Cela, nous ne voulons, ni ne pouvons, le mener seuls. Nous souhaitons travailler avec toutes les associations, tous les groupes de villages, de quartiers. Une commune de qualité, c’est l’affaire de tous !

Ecolo provoquera plus de débats au conseil communal et plus de débats sur la place publique, plus de transparence dans les décisions, plus de facilité d’accès à l’information pour tous.

Share This