Voeux d’Ecolo – 14 janvier 2017

Voeux d’Ecolo – 14 janvier 2017

Alors que tout semble nous donner les raisons de désespérer, Ecolo a choisi d’entrer
résolument dans cette nouvelle année avec enthousiasme et optimisme. Oui, optimisme
mais sans naïveté ni aveuglement …
Nous faisons ce choix pour plusieurs raisons :
Alors que l’on parle d’une « génération des crises » qui doit à la fois faire face à la
question de l’intégration socio-professionnelle et à celle de l’avenir du monde en proie à
d’énormes défis climatiques et environnementaux ;
Alors que les réponses des partis traditionnels aux enjeux sociaux et environnementaux
sont dépassés et inefficaces, quand elles ne sont pas de pures et simples régressions
présentées sous un verni de modernité ;
Alors qu’1/3 de notre jeunesse se considère comme une génération perdue ;
Des citoyens continuent à s’engager, ils refusent le repli sur soi et l’égoïsme, la passivité,
ils rêvent d’un monde meilleur mais ne se contentent pas de le rêver ….
Et donc OUI, le choix que nous faisons c’est d’être avec vous, de refuser la situation
comme une fatalité. Nous faisons le choix d’être aux côtés de tous les Elodie, Sevane,
Annis, Julie, ou Anna …
Nous faisons ce choix parce que, ne l’oublions jamais, pour chaque Théo il y a une Elodie
Nous serons à côté de cette jeunesse qui se vit comme la « génération du changement »,
qui est habitée d’une conscience écologique, qui met la question
environnementale comme première préoccupation, qui oeuvre au quotidien pour la
transition. Cette génération de l’espoir qui comme nous refuse le fatalité et nous montre la
voie à suivre.
Oui, Ecolo est et restera plus que jamais en 2017 leur relais politique. Le relais des tous
ces acteurs du changement, en particulier les jeunes, qui font bouger le monde, qui
oeuvrent comme nous, parfois sans le savoir, pour une terre plus verte, un monde plus
juste .
Je vous l’ai dit nous ne sommes pas naïfs, encore moins aveugles ou sourds …. et la
méfiance du citoyen envers le politique était prévisible. Et ceux qui affirment, la main sur le
coeur, que 2017 c’est plus de démocratie, plus d’ouverture aux citoyens et la restauration
du lien de confiance, moins de concentration du pouvoir, nous leur demandons: et
Publifin ? Et le cumul des mandats ? Et la chasse aux chômeurs ? Et le fragilisation des
classes moyennes ? Et la montée en flèche de la pauvreté ? Et ces réfugiés qu’on
houspille au lieu de les considérer comme une opportunité ? Et le népotisme ambiant qui
veut que le parti devient un patrimoine familial qui se transmet …
Dans un climat de défiance généralisée, il est bon parfois, même pour nous mêmes, de
rappeler que malgré tout, tout ne va pas mal. Chez les écologistes, nous ne sommes pas
spécialement plus vertueux, je le dis souvent, mais nous nous donnons des règles :
– un mandat de parlementaire, ça se mérite, et c’est un temps plein, voire un
investissement à 200 pc pour paraphraser l’un des nôtres. A tous ceux qui parmi nous
exercent ou ont exercé cette fonction chez ECOLO, je dis bravo
!
– un mandant dans un conseil d’administration, ça ne sert pas à l’enrichissement
personnel, ça sert à insuffler de la démocratie dans une série d’institutions publiques ou
semi publiques. A tous ceux qui exercent ou ont exercé un mandat au nom d’Ecolo je dis
merci
– un mandat de bourgmestre, d’échevin ou de conseiller communal, ça sert à faire avancer
l’intérêt général à l’échelon le plus proche du citoyen, et non à développer la culture du
clientélisme. A eux aussi je leur dis bravo !
Et je voudrais vous féliciter vous, les militants qui donnez de votre temps sans compter.
Qui continuez à être attentifs à ce que notre parti conserve ses idéaux de bonne
gouvernance et d’éthique, au service du citoyen. Car l’éthique en politique, ça se construit
et ça se protège, ça ne se décrète pas !
Etre militant politique, et singulièrement écologiste, c’est ne l’oublions pas donner de son
temps pour un combat que l’on estime juste. Parce que le monde mérite d’être changé. En
profondeur.
Et là je voudrais m’adresser à toutes et tous : on l’a vu avec cette enquête Noir Jaune
blues : une méfiance importante vis-à-vis des institutions. Les citoyens pensent
aujourd’hui que la politique ne résout rien, car la politique est aux mains de quelques uns,
asservie aux lobbies, au service d’intérêts particuliers.
Nous ne sommes pas les derniers à dénoncer ces dérives, on l’a encore constaté ces
dernières semaines. mais je voudrais aujourd’hui me dresser fermement contre ce qui
apparaît comme une fatalité. Et elle nourrit d’ailleurs au plus profond de moi le feu de mon
engagement en politique : oui, la politique peut et doit changer les choses. Nous avons la
responsabilité, non pas de brûler les institutions, mais de restaurer par nos pratiques la
confiance en nos institutions démocratiques
En 2017 plus que jamais, soyons fiers d’être écologistes, soyons fiers de faire de la
politique
Ecolo avec les jeunes, pour un monde qui change.

Ecolo avec les jeunes, pour un monde qui change.

Dans un monde qui oscille entre espoir et désillusions, les écologistes font résolument le choix d’être du côté de la solution et de ceux qui veulent faire bouger les choses. « Notre planète a besoin d’un sursaut, notre pays a besoin d’un sursaut. A côté de l’affairisme, du clientélisme, du nationalisme, du populisme, du racisme, etc, etc, il y a… l’écologie, il y a… l’espoir, il y a… demain », ont rappelé Zakia Khattabi et Patrick Dupriez ce samedi 14 janvier lors des vœux d’ECOLO pour l’année qui s’ouvre.

A cette occasion, huit jeunes entrepreneurs qui se vivent comme la « génération du changement », refusant le fatalité, sont venus montrer comment ils écrivent une nouvelle histoire au quotidien. Accueil des réfugiés, agriculture, alimentation, économie du partage, culture, vivre ensemble, les 18-35 ans en veulent, se bougent et créent demain tous les jours. « Parce que l’écologie est orientée vers l’avenir et donc les générations futures, parce que nous cherchons l’émancipation individuelle et la possibilité pour chacun(e) d’entreprendre et de créer, nous voulons qu’Ecolo soit et reste le relais de toutes celles et de tous ceux qui veulent changer le monde, en particulier les jeunes, et qui agissent pour une terre plus verte et un monde plus juste », ont encore déclaré les Coprésidents d’ECOLO.

Aujourd’hui, nous avons besoin d’oser prendre des décisions fortes pour l’avenir de notre pays et de notre planète et d’être le plus nombreux possible à aller de l’avant et à décider, participer, s’impliquer. ECOLO a donc profité de ces vœux 2017 pour lancer un appel large : « Impliquez-vous, impliquons-nous, osons faire ce que nous n’avons jamais pensé et osé faire. Il n’est pas trop tard mais il est temps. Car tout change quand on est 11 millions à le décider ! ».

Cet appel fera l’objet d’une campagne d’un an qui accompagne le lancement du nouveau magazine et site internet « Créons Demain », en rassemblant un maximum de citoyens autour de ce leitmotiv: que pouvons-nous faire pour la société et la planète que nous n’avons encore jamais osé faire ? Car tout change quand on est 11 millions à (le)décider !

Toutes les informations sur la campagne : creonsdemain.be

Des Sens Uniques Limités (SUL) partout à Herve.

Des Sens Uniques Limités (SUL) partout à Herve.

Petite victoire remportée par Ecolo en faveur des cyclistes quotidiens.

Depuis plusieurs années, au nom du groupe Ecolo, notre conseiller communal, également cycliste au quotidien intervient en séance du conseil communal pour obtenir que toutes les voiries en sens unique soit accessibles à contresens pour les vélos.

Ce faisant, il relaye une demande de toutes les associations en faveur de l’utilisation du vélo (ProVélo ou GRACQ).

Cette demande a été finalement acceptée et sera bientôt mise en oeuvre sur tout le territoire de la ville de Herve et dans les onze villages. Pour Ecolo, c’est une petite victoire qui permet de terminer cette année 2016 sur une note joyeuse.

 

Voici la liste des rues concernées par cette modification du reglèment de circulation de la ville de Herve

ARTICLE 3 : SENS UNIQUES LIMITES

Il est interdit à tout conducteur de circuler, dans le sens et sur le tronçon indiqué en regard de chacune d’elles, sauf pour les cyclistes, sur les voiries suivantes :

rue des Filières, en venant de la rue de Maestricht, à partir de l’immeuble n°16 jusqu’au carrefour formé avec les rues Forges-les-Eaux et Bouxhmont ;

rue Forges-les-Eaux, en venant du quartier de Bouxhmont, sur toute la longueur de la voirie ;

chemin n°114 reliant la rue de José à Outrecour, dans ce sens, sur toute la longueur de la voirie ;

place du Wirhet, en venant du carrefour du Château, jusqu’au carrefour formé avec le Thier Fouarge ;

rue Coloster, en venant de l’avenue du Parc, après l’entrée carrossable de l’immeuble situé n°17 avenue du Parc, jusqu’à la rue Levée Gérard ;

rue Levée Gérard, en venant de la rue Coloster, de la rue Coloster jusqu’après l’immeuble n°15c ;

rue des Juifs, en venant du carrefour formé avec les rues Haméval et Grand-Vinâve, sur toute la longueur de la voirie ;

rue reliant les rues Petit-Vinâve et Grand-Vinâve, en venant de la rue Grand-Vinâve, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Chinville, en venant de la rue du Marché, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Gustave Taillard, en venant du carrefour avec les rues Chinville, des Ecoles et l’avenue Dewandre, sur toute la longueur de la voirie ;

place Albert 1er, en venant de l’avenue Dewandre, entre l’immeuble n°28 et l’immeuble n°2 ;

place Albert 1er, en venant de la rue Gustave Taillard, entre l’immeuble n°1 et l’immeuble n°41 ;

rue de la Station, en venant de la Place de la Gare (N3), sur toute la longueur de la voirie ;

rue Davignon, en venant de la rue Jardon, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Léopold, en venant de la rue de la Station, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Neuve, en venant de la rue du Stade, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Albert Mélen, en venant de la rue de la Clef, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Jardon, en venant de la rue Roosevelt, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Roosevelt, en venant de la Place de l’Hôtel de Ville, sur toute la longueur de la voirie ;

rue Fontaines Dumont, en venant de la rue Denis, à partir de l’immeuble n°3, dans le sens horaire ;

rue de l’Harmonie, en venant de la rue d’Elvaux, sur toute la longueur de la voirie ;

rue d’Elvaux, en venant de la rue Roosevelt, jusqu’au carrefour formé avec la rue de l’Harmonie.

La mesure est matérialisée par le signal C1 complété par le panneau M2 et éventuellement M3 ainsi que le F19 complété par le panneau M4 et éventuellement M5.

Comptes 2015 –  Les commentaires d’Écolo

Comptes 2015 – Les commentaires d’Écolo


La majorité libérale Herve De Main déclare triomphante « Les comptes 2015 se clôturent avec un boni de 15.208 €, résultat d’une gestion saine, sérieuse et efficace du groupe HDM »

Quelles sont les raisons de cette embellie ? Quel est l’impact de la politique de la majorité libérale sur cette amélioration ? Les herviens peuvent ils vraiment être rassurés ?

 

Pointons en premier, ce qui est de la responsabilité de HDM :

1. D’abord, une forte augmentation des taxes. Ainsi, la part communale sur l’impôt des personnes physiques (IPP) est passée de 7,5 % en 2012 à 8,3 % en 2015 et les additionnels sur le précompte mobilier de 2500 points en 2012 à 2600 en 2015. La taxe sur les déchets a augmenté de 21.000€ celle sur les documents administratifs de 20.000€ . Pas mal d’argent que les libéraux vont ainsi chercher dans la poche des contribuables !

2 Une forte diminution des dépenses en personnels, la baisse des charges en personnel est de -7,6 % entre 2014 et 2015. Autant d’emplois en moins, autant de services en moins pour la population.

3. Une forte diminution des subsides aux associations culturelles, sportives, patriotiques… alors que dans le même temps les dépenses de prestige, qui permettent au Bourgmestre et aux échevins de parader et se mettre en avant, vont en augmentation.

4. Le report de nombreux investissements et travaux. En 2015, 3,7 millions d’euros de travaux ont été reportés à une date ultérieure. Cela fait du travail en moins pour de nombreuses entreprises et donc là aussi des chômeurs supplémentaires.

 

Il s’agit clairement d’une politique d’austérité telle qu’elle est appliquée à tous les niveaux de pouvoirs. Plus de charges pour la population, moins de services et moins d’emplois.

 

Pointons ensuite, de nombreuses évolutions qui sont imposées par un autre niveau de pouvoir ou qui dépendent de la situation économique mondiale ;

1. Une importante variation annuelle du versement par l’État fédéral de l’IPP. Les additionnels IPP de 2015 seront versés avec retard en 2016 (-870.000€ en 2015, soit -16%). Tandis que les additionnels au précompte immobilier de 2014 ont été versés en retard en 2015 par la région wallonne (+490.000€, soit +10%).

2. Une baisse des dépenses affectées au Service Régional d’Incendie (SRI) en raison de la mise en place de la zone de secours. Jusqu’à présent, la Ville de Herve payait un grande partie des frais du SRI. Maintenant, ils sont mieux répartis entre les différentes communes de la zone.

3. La baisse des taux d’intérêts qui permettent de faire un peu baisser la charge de la dette.

4. Une baisse du coût du mazout de chauffage et des carburants pour les véhicules communaux.

 

Avec quels résultats ?

Comme le met en évidence HDM, un très court bénéfice de 15.208€.

Mais surtout, une dette qui reste extrêmement inquiétante et qui augmente encore. Elle s’élève à 3.717.000€ en 2015 contre 3.605.000€ en 2014. Cela représente 212€ par habitant en 2015 contre 207€ en 2014.

 

De très grandes inquiétudes pour l’avenir :

  • Le Tax shift, décidé par les libéraux et les nationalistes au gouvernement fédéral, a eu un impact faible sur les comptes communaux 2015. Mais cet impact va continuer à croître jusqu’en 2021. Ce que le gouvernement fédéral prétend offrir aux contribuables, les communes vont devoir lui reprendre. « C’est un intolérable transfert de l’impopularité fiscale du Fédéral vers l’échelon local » dit l’Union des Villes et des communes de Wallonie.
  • L’accroissement attendu dans les dépenses des zones de polices et des zones de secours. Le gouvernement fédéral ne tient pas ses promesses de prise en charge de la moitié des dépenses de police et de pompiers.
  • L’augmentation sans cesse croissante des exclus du droit aux allocations de chômage qui viennent demander de l’aide aux CPAS. Le chômage est à charge du fédéral, tandis que l’aide sociale est pour moitié à charge des communes.
  • Les pensions à venir du personnel communal que l’État fédéral promet de prendre partiellement à charge sans jamais mettre ses promesses à exécution.
  • La réforme du financement du personnel sous statut APE dont la réforme est de la responsabilité de la Région Wallonne.

Conclusion :

Contrairement à ce qu’affirme le Bourgmestre, la Ville de Herve mène une politique d’austérité.

Si nous étions les seuls à le faire, cela serait probablement efficace. Mais l’Austérité est mise en œuvre par tous les pays européens, en Belgique par les gouvernements fédéraux, régionaux et communautaires. Tous les niveaux de pouvoirs supérieurs à la commune transfèrent une partie de leurs charges vers les communes.

Donc, à Herve, l’augmentation des impôts, la réduction des emplois dans les services communaux, le report d’investissements d’année en année ne produisent aucun effet significatif.

 

L’Austérité à tous les niveaux est un politique stupide qui ne fait que créer du chômage et de la dette.

 

Damien Quittre

Conseiller communal Ecolo